13 Novembre 2018By MarieConseils

SYLVAIN SUDRIE NOUS EN DIT PLUS SUR SES STAGES Trois fois vainqueur du Triathlon de Deauville, il nous offre ses conseils !

SYLVAIN SUDRIE NOUS EN DIT PLUS SUR SES STAGES

trideauville arrivé sylvaun sudrie

Nous avons rencontré Sylvain Sudrie, triathlète français, triple vainqueur du Triathlon de Deauville. Il partage son expérience avec nous et vous offre ses conseils pour préparer au mieux cette course.

Ce que représente Deauville pour toi ?

« C’est un triathlon que j’ai gagné trois fois donc c’est sûr que je garde des souvenirs de victoires qui restent gravés dans ma mémoire. J’ai passé d’excellents moments avec l’organisation et les partenaires. J’ai toujours pris un grand plaisir à participer au Triathlon de Deauville, surtout que de défendre un titre, c’est toujours un challenge ».

Pour toi, quelle est la clé de la réussite d’une bonne course à Deauville ?

« Pour moi, la natation ne me pose pas de soucis, même si cela dépend des conditions qu’il y a dans l’eau. Les conditions peuvent changer d’une course à l’autre, il faut se méfier et bien prendre le temps d’analyser les courants. Après, pour moi, le plus délicat se trouve dans le parcours à vélo. Il n’est pas si simple à aborder car c’est une succession de montées / descentes. Personnellement, j’adore ce type de parcours accidenté sur lequel on ne s’ennuie pas. Il y a toujours quelque chose à faire, les descentes sont techniques et la côte Saint-Laurent est un passage dur mais avec une ambiance superbe. Le public te pousse à te surpasser.  Enfin, sur le parcours à pied, il est complètement plat, on peut vraiment faire de grosse différence, il ne faudra pas le négliger. Je trouve le parcours sympa car il reste dense et donc le public est très présent. Le fait d’avoir plusieurs tours permet également de voir sa famille et ses amis, ça rebooste !

Mon conseil est d’avoir les bonnes bases en natation pour économiser un maximum d’énergie et d’avoir ensuite une très bonne préparation en vélo. Il faut idéalement reconnaître le parcours avant la course ».

Qu’est-ce qui fait la spécificité des stages que tu proposes à Deauville ?

« C’est la première année que nous organisons les stages à Deauville. Pour les stages d’entrainements, on retrouve une clientèle de personnes triathlètes qui viennent pour apprendre tous les aspects techniques et la compréhension du geste parfait.

Forcément, ils arrivent avec pleins de conseils avertis qu’on leur à donné mais qui ne sont pas forcément adaptés à eux. C’est grâce au travail technique qu’ils se rendent compte ensuite de leurs points faibles. Cela permet d’avoir vraiment une image technique de la natation tout en ayant un œil éclairci sur la partie technique de chacun, pour pouvoir ensuite progresser rapidement.

Pour le stage du triathlon, c’est avant tout un weekend pour apprendre, on n’est pas là pour faire du volley ou faire de la compétition non plus.  Au travers de ce weekend, l’objectif est d’essayer de donner les petites clés et les ficelles à mettre en œuvre pour être le plus efficace possible sur cette course-là. Et comme c’est en amont de la course, c’est aussi partager, échanger et donner des conseils, pour ensuite pouvoir travailler à l’entrainement et arriver fin prêt le jour du Triathlon de Deauville ».

Comment transmets-tu ton expérience de triathlète pro et du triathlon de Deauville ?

« Durant ces stages, ils se rendent compte de certaines choses dont ils n’avaient pas conscience. Ce qui leur laisse pas mal de portes ouvertes pour la suite. Pour chaque stage, l’objectif est la transmission d’un savoir technique efficace pour que chacun y trouve son compte et puisse progresser dans les meilleures conditions possibles.

Il est clair que le fait de voir le parcours au travers d’une personne qui l’a gagné 3 fois et qui a de l’expérience sur ce parcours peut être très intéressant pour les stagiaires.

Je partage une expérience de coureur aguerri qui connait le parcours par cœur et qui sait les points importants à travailler pour être le mieux possible tout au long de la course ».

Quels profils de stagiaires triathlètes attends-tu dans ces stages ?

« J’attends tous types de triathlètes licenciés ou non, c’est un stage commun avec une connotation technique. Il n’y aura pas de barrières car je m’adapte au niveau de chacun. Même si les stagiaires ne nagent que 400, 3000 ou 4000 mètres à l’entrainement, l’important est qu’ils aient compris et qu’ils aient eu les déclics techniques. Une fois qu’ils ont intégré ce que j’ai pu leurs transmettre lors du stage pour qu’ils puissent progresser, c’est cadeau. La partie natation peut parfois faire peur mais je n’ai pas d’impératif pur et dur de chrono.

Sur le stage triathlon, j’ai des personnes qui découvrent le triathlon mais qui ont quand même une petite notion. J’ai aussi des triathlètes aguerris qui ont envie de progresser, ils en ont marre d’être de leur côté et ils ont envie de s’entraîner autrement. La plupart du temps ils ont surtout besoin d’accompagnement et d’avoir des réponses à leurs questions. Comme par exemple savoir si ce qu’ils ont l’habitude de faire est efficace, est-ce qu’avant une course j’en fais trop ou pas assez ».

Au niveau du staff comment se passe la répartition des rôles ?

« Nous avons une équipe complète et compétente qui intervient sur les stages. Moi je suis vraiment dans la conception, la planification et le déroulement de l’entrainement. Je m’appuie aussi sur David Bayet  qui est un ancien nageur qui connait le coaching, il a un regard un peu plus nage en eau libre intéressante.

Sabrina est vraiment là pour accompagner les stagiaires, les encourager et les filmer. C’est le relais entre le staff et les stagiaires ».

« On vous attend pour partager et vous accompagner lors de l’un des deux stages proposés pour la prochaine édition du Triathlon International de Deauville ! 🙂 »

 

Retrouvez le descriptif des stages ici.